Connexion Assises

Télécharger l'appel à communications

« Le plurilinguisme : entre diversité et universalité »

Depuis les 1res Assises européennes du plurilinguisme et la naissance de l’OEP en 2005, nous avons découvert au fil des ans combien le plurilinguisme était un vaste champ de recherche inter, multi et transdisciplinaire.

A chaque nouvelle édition des Assises, nous avons cherché à reparcourir les différentes problématiques en les organisant non pas sur une base disciplinaire, mais suivant quatre axes thématiques : l’éducation, l’économique et le social, le culturel, et la politique dans ses deux volets national et international, et nous avons voulu privilégier dans ces approches plurielles un point de vue particulier. Après Paris et Berlin consacrés à la Charte européenne du plurilinguisme, à Rome, c’était le thème de la frontière, à Bruxelles, celui de la créativité et à Bucarest celui du développement durable qui avaient été retenus et explorés.

Pour l’édition de 2022 qui se tiendra à Cadix en Espagne, nous souhaitons mettre en relief les enjeux profonds du plurilinguisme et les zones de fractures, aussi bien conceptuelles, culturelles, mentales, que sociales et territoriales.

Tout exercice consistant à rebattre à chaque fois les cartes se heurte à un double écueil.

Le premier risque est de se trouver dans l’incapacité de tout embrasser, et donc de laisser de côté des aspects dont l’importance n’est pas apparue au premier abord.

L’autre risque est de tout survoler et de se disperser par rapport à une matière trop vaste.

Notre but sera donc de refuser la quête de l’exhaustivité et de faire ressortir les enjeux fondamentaux.

Nous n’allons pas en dresser la liste, seulement énoncer quelques pistes.

Commençons par l’aspect auquel on pense le moins, l’aspect philosophique.

La langue et le langage occupent une place de choix dans la philosophie depuis l’Antiquité.

En revanche, la problématique de la diversité linguistique fait son apparition avec Leibniz, Vico et Humboldt.

Deux questions, intimement liées, sont posées depuis toujours : le lien entre la langue et le « monde réel », et celle de l’universalité qui semble rejoindre la « recherche de la langue parfaite » qui tend à se confondre avec la langue unique et donc le monolinguisme.

Tout se passe comme si diversité et universalité étaient nécessairement et irréductiblement opposées, et diversité et universalité étant les deux extrêmes d’un axe sur lesquels on pourrait classer les situations réellement constatées. Et donc se rapprocher de l’universel est toujours du côté de l’unité qui s’oppose à la singularité. Sur la même ligne, le plurilinguisme penche du côté de la diversité tandis que le monolinguisme serait presque le but à atteindre au nom de l’universalité à laquelle on aspire.

Mettre le plurilinguisme et la diversité linguistique et culturelle au cœur de l’universel ne va absolument pas de soi.

Si le monde réel est un monde physique et un monde fini, toutes les langues sont censées pouvoir en rendre compte, et toutes les langues disant la même chose, il suffit d’une seule langue pour tout dire. C’est le fondement du monolinguisme, avec comme corollaire la guerre entre les langues, chaque langue pouvant prétendre à être la langue élue.

Aux antipodes de cette manière de voir, nous soumettons aux lecteurs deux citations.

D’abord Picasso qui en tant qu’artiste a produit cette parole très philosophique : « S'il n'y avait qu'une vérité, on ne pourrait pas faire cent toiles sur le même thème. »

Puis le célèbre aphorisme de Wittgenstein, extrait du Tractatus : « Les limites de mon langage sont les limites de mon propre monde ».

Est-il opportun d’introduire ce débat dans les Assises. La question est pour nous de savoir s’il s’agit d’une question critique et d’un enjeu fondamental.

À notre avis, il ne s’agirait pas d’une question cruciale si la manière dont les langues et la question linguistique sont perçues dans la société actuelle n’était pas tributaire d’une opinion commune indéfendable aujourd’hui à la lumière de la philosophie et de la science. Relancer ce débat nous paraît conforme à la vocation de l’OEP.

L’identité est également une question cruciale du point de vue des langues et du plurilinguisme.

De nombreux travaux de sociolinguistique ne peuvent aboutir s’ils ne s’appuient pas sur une réflexion solide en ce qui concerne l’identité individuelle et collective, et une réflexion parallèle en ce qui concerne les relations entre langues et cultures. De la même manière que l’identitarisme, l’essentialisme linguistique est incompatible avec le plurilinguisme comme objectif et mène à une impasse existentielle. Or, l’approche plurilingue permet d’aborder la question de l’identité avec des moyens que n’offre pas l’enfermement monolingue dont nos sociétés souffrent gravement aujourd’hui.

Nous vivons une période bien particulière où la question de l’identité se généralise à l’échelle du monde sous des formes parfois extrêmes et où la seule identité qui reste largement impensée est l’identité européenne. Une place significative doit donc être réservée à une réflexion sur l’identité européenne, sur la culture et les cultures européennes.

En matière d’éducation, les questions sensibles sont nombreuses.

En voici quelques-unes.

Une première question rarement abordée est celle de savoir si le fait linguistique a une place dans l’éducation. On apprend le français en France, c’est la moindre des choses, on apprend aussi deux voire trois langues étrangères, on peut même en option apprendre le latin et le grec ancien, mais la langue en tant que fait linguistique est hors du champ de l’enseignement. Dans le passé, quand l’enseignement du latin était plus développé, son enseignement était de nature à susciter une connaissance métalinguistique qui pouvait être réinvestie dans l’acquisition du français et des langues vivantes, et était un élément important de culture générale. La question mérite d’être posée.

On peut s’alarmer à juste titre que l’apprentissage de la langue maternelle et de la langue d’éducation ait perdu de son importance et ait vu son niveau baisser ce qui semble aujourd’hui un constat qui n’est plus contesté. Mais on doit s’interroger aussi sur le contenu d’un enseignement linguistique. Travailler sur le sens s’impose et doit être une dimension de l’éducation plurilingue et interculturelle. Que l’on songe à ces mots chargés de passions comme « esclavage », « laïcité », « vérité ». Est-on sûr qu’ils ont la même signification d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, et même à l’intérieur d’une même langue ?

D’autres questions sont importantes mais restent en suspens. Aucun gouvernement européen et encore moins la Commission européenne, condamnée à un entre-deux sans issue, ne s’en empare.

L’abaissement de l’âge à partir duquel on enseigne les langues semble avoir fait l’unanimité des gouvernements. Mais certains en ont tiré la conclusion qu’il pouvait arrêter ou alléger l’enseignement des langues après le collège, ce qui nous éloigne en réalité des objectifs du sommet de Barcelone de 2002.

Que fait-on dans l’enseignement supérieur ?

Dans le monde de l’entreprise, une maîtrise minimale de l’anglais est une condition de recrutement même à des postes assez modestes. Mais l’anglais ne suffit pas. Pour nous, c’est peut-être une évidence, mais il y a un gouffre avec l’état de l’opinion publique.

On peut aussi changer d’approche et explorer les populations qui sont les plus exposées aux questions linguistiques.

Quel est l’impact social, économique et politique, en termes d’inégalités et de bon fonctionnement de la démocratie, de l’illettrisme ou de la littératie. La cohésion sociale et la capacité d’une société à changer sont directement en cause.

Telles des zones de fracture ou d’innovation, certaines populations sont plus exposées que d’autres aux questions linguistiques.

Il y a donc des domaines et des parties de la société où les questions linguistiques se posent avec acuité et pour lesquels des réponses sont attendues à la fois en termes d’expertise et d’appropriation collective. Ces domaines sont très nombreux et cet appel à communication a pour objet de les identifier, de souligner ceux dans lesquels les données manquent, ceux où beaucoup d’incertitudes demeurent, où nos connaissances sont insuffisantes, ceux aussi où la volonté politique est défaillante, etc.

En fait la langue est à la base de tout, mais peu en sont conscients.

Il faut analyser puis construire, continuer de construire.

Cet appel à communication s’adresse en priorité aux chercheurs, mais il s’adresse aussi à la société civile et au monde culturel et artistique.

Il convient en effet d’insister sur la caractéristique des Assises qui est de lier le travail de la recherche à la société civile et aux décideurs. Cette spécificité conduit à donner aux partenariats une importance particulière et sa matérialisation est la production de conclusions qui peuvent prendre la forme d’une déclaration engageant tous les partenaires.

Par ailleurs les Assises ont toujours lié le travail sur la diversité linguistique et culturelle à l’expression artistique et littéraire, tout simplement parce que l’expression artistique vise toujours un regard singulier dans l’universel et c’est en cela qu’il y a un rapport intime entre l’aspiration au plurilinguisme et l’expression artistique. Picasso a dit : « S'il n'y avait qu'une vérité, on ne pourrait pas faire cent toiles sur le même thème. ». Elle pourrait être notre devise. Clairement, cet appel est ouvert, et si les modalités pratiques ci-après concernent essentiellement les communications orales et écrites attendues, pour les formes artistiques, nous sommes tenus au sur-mesure pour nous adapter, dans la mesure du possible, aux projets qui pourraient nous être présentés.

Modalités pratiques

Dates : 09-12 novembre 2022

Lieux : Université de Cadix, Universidad de Cádiz

Adresse : Universidad de Cádiz

Centro Cultural Reina Sofía
C/ Paseo Carlos III, nº 9
11003, Cádiz
CÁDIZ

Répondre à cet appel sur le site dédié (en cinq langues) :

https://Assises.observatoireplurilinguisme.eu/fr/

Indications pratiques

Les communications orales seront limitées à 15 mn. Des présentations sous forme de diaporama seront possibles.

Les résumés des propositions de communication (note d’une demi-page maximum ou 2000 caractères espaces compris) devront être déposées sur la plate-forme avant le 30 avril 2022.

Ces résumés seront utilisés pour la sélection des candidatures et pour la publication des pré-actes dans le dossier du participant.

Les textes en vue de publication seront produits dans le délai d’un mois après la manifestation et déposés sur le site dédié en utilisant le modèle d’article téléchargeable sur ce dernier.

Restauration : non assurée

Hébergement : non assuré

Droits d’inscription (intervenants et participants)

- Inscription en ligne obligatoire

 

Jusqu’au 15 septembre 2022

Au-delà du 15 septembre 2022

Intervenants

135

170

Participants, accompagnateurs

70

100

Etudiants

35

60

Masterants et doctorant de l’Université de Cadix

Gratuit dans la mesure des places disponibles

Gratuit dans la mesure des places disponibles

Les intervenants sont invités à s’inscrire sur l’annuaire des chercheurs et équipes de recherche sur le plurilinguisme et la diversité linguistique et culturelle mis en place par l’OEP, le réseau POCLANDE et l’ACAREF (https://annuaire.observatoireplurilinguisme.eu/)

Actes

Le dossier du participant comportera des pré-actes comprenant les résumés des communications.

Les actes seront disponibles sur le site de l’OEP en version numérique et papier dans des délais qui dépendront essentiellement du délai de remise des textes par les intervenants.

Dates clés

Date limite pour les propositions de communication : 30 avril 2022

Notifications : 31 mai 2022

Publication du préprogramme : 30 septembre 2022

Date limite de remise des textes intégraux des communications : 31 décembre 2022, maximum 10 pages format A5 ou 20 000 caractères espaces comprises. (cf. modèle en ligne)

 Régime linguistique

Langues des Assises : français, espagnol, allemand, anglais, italien.

Les séances en plénière seront interprétées en français, espagnol et anglais.

Il est fortement recommandé, en cas de présentation par diaporama, que les diapositives soient en une autre langue que la langue employée à l’oral.

Normes de publication : rubrique spécifique sur le site des Assises

Partenaires co-organisateurs

O.E.P.

Université de Cadix

 Comité d’organisation

José Carlos Herreras, Université de Paris

Anne Bui, Observatoire européen du plurilinguisme

Christos Clairis, Université Paris Descartes

Christian Tremblay, Observatoire européen du plurilinguisme

José María García Martín, Université de Cadix

Nuria Campos Carrasco, Université de Cadix

Maryia Maiseyenka, Université de Cadix

Benito Gutiérrez, Université de Cadix

 Comité scientifique

Pedro Álvarez de Miranda, Université Autonome de Madrid / Real Academia Española

Olga Anokhina, CNRS

Jean-Claude Beacco, Université Sorbonne Nouvelle

Christos Clairis, Université Paris Descartes

Jean-Marc Delagneau, Université du Havre

Jörg Eschenauer, Ecole des Ponts-ParisTech, UPLEGESS

Pierre Frath, Université de Reims

José María García Martín, Université de Cadix

José Carlos Herreras, Université de Paris

José María Maestre Maestre, Université de Cadix

Isabelle Mordellet-Roggenbuck, Université de Freiburg

Julio Pérez Serrano, Université de Cadix

François Rastier, CNRS

Heinz Wismann, EHESS

 

 

Haut